Grippe aviaire

Références réglementaires : 
  • Arrêté du 16 mars 2016 modifié relatif aux niveaux du risque épizootique en raison de l'infection de l'avifaune par un virus de l'influenza aviaire hautement pathogène et aux dispositifs associés de surveillance et de prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs
  • Arrêté du 29 septembre 2021 relatif aux mesures de biosécurité applicables par les opérateurs et les professionnels liés aux animaux dans les établissements détenant des volailles ou des oiseaux captifs dans le cadre de la prévention des maladies animales transmissibles aux animaux ou aux êtres humains
  • Arrêté du 8 novembre 2022 qualifiant le niveau de risque en matière d'influenza aviaire hautement pathogène


La situation épidémiologique vis-à-vis de l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) continue d'évoluer défavorablement. Le nombre de cas d’influenza aviaire en élevage et dans la faune sauvage est en forte augmentation en France métropolitaine. À la date du 8 novembre 2022, 49 foyers en élevage ont été confirmés depuis le 1er août dernier.

Dans ce cadre, le Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire a décidé de relever le niveau de risque de « modéré » à « élevé » sur l'ensemble du territoire métropolitain par arrêté du 8 novembre 2022 (cf PJ co-dessous).
 

Les mesures induites par le niveau de risque "élevé" sont pour la plupart équivalentes à celles déjà imposées dans les zones à risque particulier (ZRP) lors du passage au niveau de risque "modéré" et sont donc désormais applicables à l'ensemble de notre département. Elles comprennent :
 

  • la surveillance clinique quotidienne dans tous les lieux de détention d'oiseaux;
  • l’interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l'arrivée de la France ;
  • la vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.
  • la claustration des volailles ou autres oiseaux captifs ou leur protection par un filet avec réduction des parcours extérieurs ;
  • l’interdiction de l’organisation de rassemblements d'oiseaux ;
  • l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes sauf dérogation prévue par arrêté du 16 mars 2016 modifié ;
  • le transport et l'utilisation des appelants sont soumis à restriction selon les catégories 1,2 ou 3 des propriétaires ou détenteurs d'appelants.

 

Ces mesures de prévention ont pour but de protéger les volailles domestiques d'une potentielle contamination qui aurait des conséquences désastreuses pour la filière avicole.

Les détenteurs d'une basse-cour doivent mettre en place la claustration ou la protection sous filet de leurs volailles et oiseaux sans dérogation possible.

Grippe aviaireGrippe aviaire (141.91 Ko)


 


Date de dernière mise à jour : vendredi, 11 novembre 2022